Pinson des arbres 2019, Fort de l’Eve.

Page précédente

Page d’accueil


Bien entendu, des Pinsons du nord se sont mélangés aux Pinsons des arbres. Il est difficile de les différencier en vol. On le pourrait par les cris, mais ils ne crient pas forcément.
Total 2019 : 51566 (total 2018 : 132 660)
Record journalier : 14939 le 20/10/2019
Record journalier précédent : 25733 le 18/11/2018 au Fort de l’Eve.
Classement des sites de l’Ouest :
Banc de l’Ilette (Somme) : 181 753
Planguenoual (Côte d’Armor) : 154 042
Pointe de l’Aiguillon (Vendée) : 60245
Fort de l’Eve : 51566
Brassoir (Oise) : 26640
Noirmont-Point/Jersey : 10987
Il y a donc une forte diminution au Fort de l’Eve. Avec un passage fabuleux de 1 873 385 ind à Falsterbo (Suède), soit plus de deux fois plus que l’année précédente, on pouvait s’attendre à un déferlement sur l’Europe de l’Ouest. En réalité seule la partie Est de la France a eu des effectifs en forte hausse. Il y a eu une forte diminution du flux côtier sauf à Planguenoual (Côte d’Armor) qui est resté à peu près stable. Le pic à Planguenoual (Côte d’Armor) a été de 36000 pinsons le 17/10. Le pic au Fort de l’Eve a été de 15000 le 20/10. Le délai de trois jours est plausible pour la traversée de la Bretagne à sa base. S’il s’agit bien des mêmes oiseaux, seul un tiers est ressorti. Il est possible que les deux autres tiers soient restés hiverner en Bretagne. Cela est conforme au reste des effectifs sur toute la saison : les chiffres du Fort de l’Eve (51566 ind) sont un tiers de ceux de Planguenoual (154042 ind).
Il est possible que le vent d’Ouest prédominant sur toute l’Europe de l’Ouest ait soufflé le flux d’oiseaux vers l’Est. Seule une étude de la migration sur plusieurs années permettrait d’étayer cette hypothèse.
En 2018 au Fort de l’Eve il y a eu deux pics : un le 18/10 et un vers le 18/11. En 2019 il y a eu également deux pics, mais plus rapprochés : un le 20/10 et un le 29/10. Ces deux pics correspondent-ils à deux populations différentes ?


Page précédente

Page d’accueil