Recherche des voies migratoires

Page d’accueil


Plusieurs dizaines (centaines ?) de milliers de passereaux franchissent l’estuaire de la Loire lors de la migration diurne postnuptiale. Le flux est constaté de la pointe du Croisic jusqu’à Donges. Mais que se passe t’il en amont ? Venu du Nord-Est, l’énorme flux de la Manche s’éparpille vers la Bretagne et probablement aussi vers le Sud à partir des falaises de Carolles. Si vraiment les oiseaux qui cherchent à franchir l’estuaire proviennent de ce flux, alors par où passent ils ? Certains d’entre nous ont prospecté  différents lieux à la recherche de cette voie migratoire. Il est probable que le passage s’étale sur un front très large difficile à détecter. Voici la liste des lieux prospectés :

1 La Roche Bernard, 24/10/2017, conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Joël Fièvre.

2 Ferel,   24/10/2017 conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Joël Fièvre.

3 Penestin, 24/10/2017, conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Joël Fièvre.

4 Billiers, 24/10/2017, conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Joël Fièvre.

5 Damgan, 24/10/2017, conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Joël Fièvre.

6 Le Mont-Esprit et le port du Croisic. Ces lieux, situés en face de Pen Bron sont idéalement placés pour observer un éventuel flux côtier en provenance de La Turballe, Piriac-sur-Mer et la côte Sud du Morbihan. Plusieurs prospections ont été faites en vain. Peu ou pas d’oiseaux proviennent de cette direction. En revanche il y a un flux très net sur la côte Sud, de la pointe du Croisic vers la pointe de Penchâteau. A la pointe du Croisic les oiseaux arrivent du large.

Le 18/10/2017, au matin quelques grives arrivent de Batz-sur-Mer Nord, font demi-tour au-dessus du Croisic et repartent vers Batz-sur-Mer Sud et la pointe de Penchâteau, comme si elles venaient de constater qu’elles arrivaient dans un cul-de-sac. Observateur Victor Leray.

7 Cordemais, 14/10/2017, conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Victor Leray.

8 Lavau, 14/10/2017, conditions favorables le matin. Aucun passage remarqué. Observateur Victor Leray.

9 Redon, 20/10/2018, conditions favorables le matin. A cet endroit la Vilaine coule Nord-Sud. On peut logiquement se demander si elle ne pourrait pas servir de repère et de guidage visuel pour les migrateurs allant vers le Sud (comme l’Erdre à Port-Barbe), mais, contre toute attente, non seulement il n’y a pas de mouvement vers le Sud mais il y a un mouvement vers le Nord. 5 Bécassines des marais, 11 Pipits farlouses et 45 Grives musiciennes remontent par petits groupes vers le Nord. Comment expliquer cette rétromigration ? C’est vraisemblablement la sécheresse inhabituelle qui pousse ainsi les oiseaux à faire demi-tour. En effet certaines espèces d’oiseaux doivent avoir du mal à s’alimenter : lombrics et escargots inaccessibles, baies durcies par le manque d’eau etc.

10 Pointe du Castelli, 24/10/2018, conditions favorables le matin. Le but de cette prospection est de vérifier si des oiseaux arrivent du large, du secteur de l’île Dumet. Effectivement quelques oiseaux arrivent : 21 Pinsons des arbres (à haute altitude en limite de détection), 42 Pipits farlouses, une Bergeronnette grise, 5 Moineaux domestiques et 2 passereaux indéterminés. Ils filent ensuite vers La Turballe puis probablement vers Guérande car plusieurs prospections à la même époque à Pen Bron n’ont rien donné. Le passage est donc minime. Cela montre que les oiseaux qui arrivent à la pointe du Croisic viennent plutôt des îles de Belle-Ile, Houat et Hoedic que de l’île Dumet. Observateur Victor Leray.


Page d’accueil